Monthly Archives: July 2005

Prime Time

(Tatou entre sur le blog, sous les applaudissements de la foule en délire.)

TATOU (rayonnant, faisant un truc avec son micro du style Philippe Risoli) – HELLLOOOO PARISSSSSSS… et les autres.

(Rires enregistrés.)

TATOU – Aujourd’hui, je vais vous parler du reflux gastro-oesophagien.

(La foule hurle de contentement.)

TATOU (affichant un petit air sadique) – Tout d’abord, un peu de support visuel.

(Tatou met le doigt sur son oreillette, et prend un air sérieux.)

TATOU (sérieux) – Ah, on me souffle que je suis dans une émission grand public…

(Rires enregistrés.)

TATOU (refaisant un truc avec son micro) – Eh bien mesdames, mesdemoiselles (clins d’oeils) et messieurs, nous allons parler ce soir de l’effet de Lorie sur les ornithorynques à poils drus du Bostwana ! Nous serons de retour après une coupure de publicité !

(Le rideau tombe.)

Ma révérence

Voilà, nous sommes vendredi et ce soir, dès 20h00, celui que certains s’attachent désormais à appeler Sieur Lithium (je ne vois pas d’où ça peut venir mais ça me confère un certain prestige qui n’est pas pour me déplaire, et me donne en plus un petit air moyen-âgeux qui me va bien et accessoirement la grosse tête) ne sera plus connecté sur son blog. L’abandon total…

Message personnel à tous les lecteurs de ce blog (encore une fois, je fais ma diva et j’abuse des phrases à rallonge):

Ces vacances-là, j’estime les avoir bien mérité. Je pars ce soir et je ne reviendrai que le 29 août, ce qui fait en tout quatre semaines d’absence loin du monde qui fait mon quotidien, et j’avoue que si être loin de chez moi ne pose littéralement aucun souci, être loin de mon blog me chagrine un peu parce que je serai loin de vous.

C’est peut-être très imbécile à dire comme ça mais cette expérience qui m’a été donnée de vivre dans la blogosphère depuis deux ans a été très bénéfique à tous points de vue, d’abord pour ma petite vie, parce que je me suis donné les moyens de m’exprimer publiquement au travers d’un outil que je n’hésite pas à qualifier d’exceptionnel, Dotclear et de développer quelque chose qui me semble viable, au travers de multiples hésitations, mouvements à bascule et tempêtes sous mon crâne… ensuite parce que j’ai rencontré des personnes réellement exceptionnelle, des personnes que je n’aurais jamais pu rencontrer en dehors de ce cadre tout particulier. Ces personnes, ces blogueurs, ces blogueuses sont devenus des éléments de ma vie… Je ne citerai personne en particulier (par manque de temps, uniquement), mais elle se reconnaîtront et savent que je les aime. Certains sont devenus des amis, d’autres sont en passe de le devenir et en ça, l’expérience blogosphérique est unique et m’aura apporté une vision des choses absolument centrale dans mon existence, en provenance d’une communauté qui n’en est pas vraiment une.

Alors je voudrais vous remercier tous pour tout ce que vous m’apportez au quotidien, parce que je suis très demandeur et que vous êtes là…

Bref, trève de larmoiments… Je pars donc en Bretagne, à mi-chemin entre Guingamp et Tréguier, dans une petite commune du nom de Plouëc du Trieux (on ne rigole pas). Autant vous dire que je vais bien en profiter, mettre ma tête au repos (enfin, me connaissant, ça ne va pas durer longtemps), et profiter de l’Océan qui est le mien, respirer l’air iodé, regarder l’estran se faire recouvrir par l’eau…. J’en salive d’avance…

Comme chaque fois, j’aime bien vous décrire ce que je vais emmener avec moi:

  • Les contes du soleil et de la brûme, d’Anatole Le Braz, histoire d’être un peu dans l’ambiance….
  • L’invention de Morel, d’Adoflo Bioy Casares, que je n’arrive pas à terminer.
  • Les années douces de Hiromi Kawakami
  • Bleu presque transparent de Ryû Murakami
  • Mon blog-notes, ce cahier qui me permet de rassembler mes idées à bloguer.
  • Des coupures de journaux à découper, à trier, à bloguer…
  • Mon appareil photo, voir plus bas pourquoi
  • Accessoirement quelques vêtements

Ceci reste à l’état de projet, mais je vais peut-être avoir accès à Internet pendant mon séjour, tout dépendra du bon vouloir de l’espèce de boulier qui sert d’ordinateur…

plouec du trieux

Je ne sais pas quoi vous dire d’autre que En espérant vous revoir à mon retour !

EDIT: j’allais oublier, je suis à peine parti que j’ai déjà un projet dans la tête, lié à la photo…. un projet, dira t-on, presque ethnographique… mais je ne vous en dit pas plus pour l’instant, on verra à mon retour…

Masse à Miel

Le Borgo et le Wam sont au Mas Amiel en train de … bin de faire une dégustation de vins (je rappelle au passage que nous ne buvons pas).

Le Borgo appelle le Borg-O-moureux …

– borgo : on arrive dans une heure
– b-O-m : vous êtes à combien ?
– borgo : bin, on est deux (genre, c’est quoi cette question idiote ?)
– b-O-m : deux grammes ?

Bizarrement, je me suis senti démasqué. Allez savoir pourquoi …

L'Origine du Monde

Je finis de m’installer dans le blog du sieur Lithium… et ma petite tête souffre. J’ai beaucoup de mal à comprendre les rubriques et je sens que je vais avoir du mal à classer mes billets correctement !

Quel rapport avec le titre, me direz-vous ? Évidemment, ce titre évoque ce bout de monde que je vais essayer de construire ici, à la suite de ce premier billet ; mais c’est aussi une référence à la fameuse toile de Gustave Courbet… afin d’expliquer par un mauvais jeu de mot que je suis un peu con.

Rentrée des artistes

Les parisiens ont de la chance. La saison 2005-2006 de Radio France propose un joli pogramme : deux cycles russes (Tchaïkovski et Chostakovitch) pour l’Orchestre National de France, un peu de tout pour l’Ochestre Philharmonique de Radio France…

Ceux qui ont moins de 26 ans peuvent aussi profiter du passe musique : des places pour moins de 5 euros, à réserver 8 jours avant le concert.

Autre bonne affaire : les concerts gratuits du ouiquende, à la maison de Radio France.

Pas belle la vie ?

Sok

La croix et la bannière – La légende

Une épidémie de vache folle a touché le petit pays. Des spermatozoïdes ont envahi le territoire de T’Hell, Guillaume.

Les ptits suisses pleurent le chemin de croix tracé par la vache milka, complètement détruit par les bizarreries engendrées par la dame de Fehr.

Par la grâce de l’ange lufthansa, les petits suisses peuvent se protèger hermétiquement à l’aide des combinaisons proprement réalisées par 100% swiss et leurs couturiers

La valse de la money peut tourner en paix.

Sinon moi ça va … et vous?

Toute ressemblance avec des personnages réels, ne serait qu’une fortuite coïncidence

Trésors de recherche

Pendant des années, lors de mes lectures, j’insérais précieusement une petite fiche cartonnée sur laquelle je notais systématiquement tous les mots que je ne connaissais pas ou ceux dont le sens était suffisamment équivoque pour susciter en moi une interrogation. A la fin de chaque livre terminé, je reprenais mon bristol pour noter dans un répertoire tous les mots trouvés avec leur définition. J’ai repensé ce matin à ce butin verbal collecté sur plusieurs années, au fil de nombreuses lectures allant de la philosophie aux essais, de la littérature médiévale à la contemporaine en passant par les récits d’aventuriers et les documents…. Tout a ceci a disparu corps et bien…

Cette expérience a été spécialement enrichissante pour moi car cela m’a permis d’enrichir mon vocabulaire de façon plus de conséquente et de découvrir des mots anciens, des mots rares, des mots superbes et des mots barbares, des mots étranges et des mots disparus… et bien évidemment des mots qui sont tout simplement devenus introuvables.

Dans la conversation de tous les jours, il est souvent difficile de placer des termes comme adamantin ou ecpyrotique, mais savoir que ces mots existent et désignent des choses très précises fait un bien fou à l’orgueil intellectuel.

A présent, j’ai envie de continuer ce travail de collecte / collection de mots et de présenter un mot par jour, dans le sens de l’alphabet. Une idée que m’a donnée Fabienne avec son Alquifoux

Hommage à un certain…

Certains blogs nous font vibrer, sont comme des cures de bienfaits surtout lorsqu’après un certain temps de connivences, on se rend compte que tout ce qui y passe est réellement en adéquation avec des choses que nous traînons avec nous-mêmes et en profondeur… Il y a un des blogs de ma blogliste que je tiens à mettre particulièrement en exergue aujourd’hui parce qu’il représente beaucoup à mes yeux. D’abord parce que celui qui le tiens porte le même prénom que moi…

romu

Eh oui, il s’appelle aussi Romuald et fait partie à mes yeux des blogueurs qui ont une ligne éditoriale précise et constante. Le Blog à l’Ouest est un espace où aucune concession n’est faite à l’hypocrisie et nous donne à voir des choses du passé, des choses qui remuent les tripes et qui nous emmènent vers des horizons insoupçonnés.

Un de ses derniers billets dit:

On se surprend à regretter le totalitarisme !

Et il nous emmène voir un site qui recense les projets non terminés de l’architecture moscovite des années 30 à 50… Qui oserait aujourd’hui ? J’éprouve pour cette période de notre histoire un attirance inexplicable et j’aime que l’on me prenne par la main pour m’envoyer dans un autre monde… Regardez cela

Il sait aussi nous emmener dans le métro parisien et nous donne à voir ses vestiges…. et finalement c’est une Amérique bien lointaine des studios hollywoodiens et des stucs de la Maison Blanche qu’il nous propose….

Romuald, c’est aussi et avant tout un photographe qui enchante, un gars de Paris qui invente (ou un cow-boy de Leningrad), un photographe d’une certaine réalité sociale, sans concession et strictement inventif, qui sait montrer aussi ce que nous ne voyons pas.

J’aime ce que tu fais et je voulais que tout le monde le sache…

The Atlantic Monthly

atlantic monthly

En baguenaudant par-devers les pages revêches du Project Gutenberg (qui je le rappelle est la plus grande base de données de textes en ligne), j’ai trouvé un fabuleux petit bijou: Les archives de The Atlantic Monthly, une revue littéraire américaine centenaire, fleuron de cette culture ardue.

En creusant un peu plus, j’ai finalement trouvé l’intégralité des archives de 1857 à 1901, classées par volumes et par article, ce qui est réellement plus pratique que sur le site du Project Gutenberg.

Aujourd’hui, cette revue existe toujours sous forme de magazine. un morceau d’histoire