Bibliochaise

Question à deux sesterces : Quel serait le meuble le plus utile à un bibliomane paresseux ? La réponse est : la bibliochaise, bien sûr. Pas la peine de chercher dans un dictionnaire, ça n’existe pas. Par contre, ce fauteuil bardé de 5 mètres linéaires dédiés à la bouquinerie existe lui bel et bien. Voici un bien bel objet destiné à passer de longues soirées d’hiver bien entouré. Par contre, il faut se contorsionner pour faire son choix. Ne manque plus qu’un petit frigo.

Bibliochaise

Chez Nobody&Co, via Swismiss.

The Los Angeles River

Un documentaire sur un lieu mythique et souvent filmé, mais au final un peu marginalisé. La rivière de Los Angeles parcourt 82 km, de Canoga Park à Long Beach et traverse le comté de Los Angeles. Presque entièrement bétonnée et ne servant principalement qu’à canaliser l’eau des orages, elle est aujourd’hui au centre d’une polémique puisque certaines personnes souhaitent son retour à l’état naturel.

Via Coudal. Plus d’infos sur Plasmatic Concepts.

The Los Angeles RiverPhoto © lynda walldez

Taj Lake Palace

En plein coeur du Rajasthan existe un lac, le lac Pichola situé près de la ville d’Udaipur. Sur ce lac, une petite île et sur cette île, un palais construit en 1746, destiné à servir de palais d’été aux seigneurs de la région. Entièrement fait de marbre blanc, il a été reconverti en hôtel de luxe depuis 1963 et compte 83 chambres et 17 suites dont les prix commencent à 370 € la nuit, magnifiquement ornées de soieries et d’éléments architecturaux d’une finesse incroyable. Il a servi de cadre au tournage de l’épisode de James Bond, Octopussy.

Taj Lake PalacePhoto © J04

Rudyard Kipling dans ses Letters of Marque, 1899 (D’une mer à l’autre, lettres de voyage)[1] encense ce lac: If the Venetian owned the Pichola he might say with justice, “See it and die.

Liens:
  1. Lake Palace sur Flickr
  2. Guide de Voyage Visuel
  3. Tajhotels
  4. Nivalink
Notes

[1] Pas la peine de le chercher neuf, l’ouvrage est épuisé depuis 1922.

Poussé par le vent du large

Dehors, le vent souffle fort. J’aime le vent, il bouscule tout, chasse les poussières, donne un coup de neuf à tout ce qu’il touche, imprime sur la peau des odeurs de frais…
La peau…

Parfois, il ne suffit pas d’avoir envie de se battre, encore faut-il en avoir les moyens, et plutôt que s’obstiner, au risque de tout gâcher, de tout casser inutilement, il vaut mieux laisser prendre le large, dire aux gens qu’on n’insistera pas parce que ce serait égoïste de continuer comme ça et qu’on risque de se faire mal. Alors oui, ça fait mal, ça fait atrocement mal, ça donne presque envie de se sortir les entrailles du ventre, de pleurer un bon coup en pensant naïvement que ça passera.
Les larmes…
Et puis je sais que ça ne passera pas. Rien n’est aussi simple, parce que certaines histoires n’ont pas pour vocation d’être simples. Au bout du chemin, il ne me reste qu’une solitude infinie, compagne de tous les instants, cette vieille fille de l’enfer, cette chienne qui a décidé de ne pas casser sa pipe.

Pourtant, je continue d’avoir de l’espoir, c’est certainement mon côté… mon côté quoi d’ailleurs ? Je dois me reprendre, et je me connais, je sais que je le peux… le temps d’une chanson qui me berce comme lorsque j’étais enfant, la douceur protectrice de bras dans lesquels on a envie de se blottir pour respirer la tendresse… un baiser tendre… des mains qui caressent… Ce n’était pas un rêve…

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Tiptoes in silence ’round my bed
And quiets the raindrops over my head.
With her everlasting smile
She stills my fever for a while.
Oh, nursie dear I’m glad you’re here
To brush away my pain…

Depuis la mer

Quelques images, puisque les mots ont du mal à venir…
A écouter avec Hadouk, une fois n’est pas coutume.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

HauntedLe désert de caillouxCordonMurèneRaieRascasseSaint-PierreEuh... Poisson ?GrondinAnguilles jardinières

Ironie

Et pour couronner cette journée de merde, en sortant du train ce soir, je me suis pris la flotte sur le coin du nez…
Si ça c’est pas du bol quand même…
Bon, je vais aller me coucher avant qu’il ne m’arrive une autre catastrophe.
Oui, ben quoi, faut bien rigoler un peu quand même. Non ? Non ? Bon.

L'indicible

Bon. Je suis là et je ne sais pas quoi dire. Je crois bien que pour la première fois depuis que j’ai commencé cette aventure je ne sais absolument pas quoi dire. J’ai plein d’idées, trop peut-être, énormément de choses à dire, j’ai l’esprit clair alors que je devrais certainement être confus, c’est très étrange et pour le coup, j’écris pour ne rien dire. Absolument rien. Je n’arrive pas à me remettre dedans. J’ai décidé de ne pas continuer à mettre en ligne les Fragments Désespérés pour des raisons qui tiennent uniquement au fait qu’ils deviennent impossible à publier. Ce sont des petits bouts de phrases qui me viennent à l’esprit ou qui ont cette qualité d’être réels, des bribes volantes, des mots sans chasteté, crus, personnels. Je ne peux donc pas continuer. Le reste, mes carnets, je n’ai aucune raison de les censurer. Et puis ma vie, eh bien ça ne vous regarde pas, non ? Et puis merde… Pour l’instant, je crois que je ne peux pas écrire. Mais on s’est fout non ?

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

En images

Une semaine dans un mutisme quasiment parfait, à regarder l’horizon et les étoiles dans l’espoir d’y trouver le sourire d’un ange, une semaine passée à lire et à écrire de laquelle j’aurais finalement réussi à extraire les 58 pages de ce carnet, premier d’une série nommée Carnets du Grand Ouest que je mettrai en ligne dès que j’aurai tout importé, et pendant laquelle est né aussi un autre projet nommé Sans une femme mais qui ne verra le jour qu’à la fin de l’année.

J’ai vu Brest, son port immense, j’ai Paimpol et son vieux bassin, j’ai vu Tréguier et sa cathédrale, j’ai vu la Bretagne sous un nouveau jour, une Bretagne qui m’a laissé un goût étrange dans la bouche, un goût de renoncement sur lequel je reviendrai. Trois images pour dire en attendant.

Cathédrale de Tréguier
Carnet du Grand Ouest
Méduses

L'algue et le galet rose'

De retour de ma retraite. Reposé, clairvoyant, serein.
Dans une France aux couleurs sombres qu’il va falloir assumer.
Je ne dirai rien parce que je ne suis plus concerné.
Bon courage à tous !

L'algue
Le galet rose