et tout à coup il se retourna et se demanda si toute cette histoire n'était pas… non, rien, en fait c'était tout à fait autre chose

Suite et fin soupçonneuse des Notes triviales prises au fur et à mesure des jours pour tromper l’ennui et faire un peu semblant.

Il n’y a rien, sinon lui-même, qui puisse empêcher un être vivant de noircir du papier. Si vous en avez réellement le désir, vous irez jusqu’au bout. Refus et sarcasmes vous fortifieront. Plus on vous mettra de bâtons dans les roues, plus votre volonté s’endurcira, à l’image de l’eau bouillonnante qui emporte les digues. Quant aux échecs, ne vous en souciez pas ; ils égayeront vos doigts de pieds pendant que vous dormirez ; ils injecteront votre regard et vous permettront de tutoyer la Mort. Vous mourrez en hérétique, et l’on célèbrera votre gloire en enfer. Les mots portent chance. Fréquentez-les, crachez-les. Soyez le bouffon du royaume des Ténèbres. C’est crevant. Vraiment crevant. Et hop, on attaque un autre paragraphe…

Charles Bukowski, Le capitaine est parti déjeuner et les marins se sont emparés du navire

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


C’est sur ces mots qu’à son tour, il a voulu quitter le navire. Sauter par-dessus bord, en se posant la question de savoir ce qu’il allait faire par la suite. Bien. Ça c’est une chose.
Un matin de grève improvisée – le temps froid et venteux d’un hiver qui ne se décide pas à s’installer, ou à repartir, la pluie tombant par rafales comme de minuscules aiguillons sur le quai goudronné – il pouvait y voir le reflet de l’immeuble en construction, derrière l’ancien passage à niveau et les zébrures de lumière dans le petit matin décroissant, la danse des feux des voitures amassées les unes derrières les autres déposant tous les cinq mètres une femme pomponnée et toute fraîche du matin.
Le moniteur qui affiche ordinairement les horaires des trains et les gares desservies est éteint, ou en panne, ça arrive souvent, et il n’y avait personne derrière le guichet – le guichet automatique n’acceptait pas les pièces alors il s’est envolé par dessus les barrières et s’est retrouvé là à attendre avec une foule anormale un train qui ne semblait pas vouloir respecter son horaire.
Lorsqu’enfin celui-ci est arrivé, il était plus court que d’habitude et déjà plein. Tous les sièges étaient occupés, alors il a attendu que tout le monde s’engouffre à l’intérieur et s’est placé dans le petit recoin qui ne laisse la place que pour les pieds, entre la porte et la première marche de l’escalier qui va vers l’étage supérieur – certain dans ce sens de ne pouvoir être acculé dans des endroits farfelus lorsque la foule allait commencer à affluer lors des arrêts aux gares d’après.

Photo © Stuck in Customs

Ah oui ! Et puis il y avait la mer, son irrépressible besoin de mer, de la voir et de la sentir, de la sentir couler entre ses doigts de pieds avec le soleil en face qui se couche sur une petite plage normande. Pas grand chose en somme. Moi je le connais bien et je sais qu’il avait envie que ce soit clair dans son esprit et que s’éloigner un peu de la ville pouvait l’aider à poursuivre, calmement et loin du vacarme de sa vie.
Pas grand-chose hein, pas de quoi s’inquiéter.
Il lisait un livre de Tibor Fischer, un livre froid et cynique, et il n’a pas pu empêcher d’éclater de rire lorsqu’il tomba sur cette phrase :

La mort ne devrait pas être arrogante. Pas élégante. Pas sexy. Pas impressionnante du tout. La mort ne devrait ressembler à ce vétérinaire. À un mec ennuyeux. Ennuyé. Lassé des rôles que jouent les gens, lassés des gens eux-mêmes. Chauve. Gros. Mal habillé. Sans rien à dire. Aucune manière de chevet. Pas de projets d’avenir. Pas d’argent. Aucun caractère. Jamais on ne l’inviterait pour un match de foot. Une bite de la taille d’une cacahuète. La gueule du mec qui tient le guichet de l’ANPE. Du petit éboueur qui ne parle pas. La mort devrait circuler en bus et n’avoir jamais rien à dire d’amusant quand elle faisait le queue.

Tibor Fischer, Ne lisez pas ce livre si vous êtes stupide

Heureusement, il conservait un peu sur lui, pour toutes les circonstances, une vision heureuse des choses. Une sorte d’arme secrète contre les saletés de la vie, un couteau suisse rempli de blagues autre gaudrioles en tout genre.

Ils reprirent le chemin de la boîte de nuit tandis que Ralph continuait à se plaindre. Il était passé au commissariat et avait demandé s’il y avait à Nice des zones dangereuses qu’un touriste ferait mieux d’éviter. « “Non, monsieur” ; soi-disant, il n’y a aucun problème de drogue dans la région. J’ai bien failli leur dire que moi, j’en avais un de taille ; je n’en trouvais nulle part. J’ai même tenté le vieux truc de m’adresser au premier Noir qui passe, mais il a essayé de me vendre des sculpture africaines. »

Tibor Fischer, Ne lisez pas ce livre si vous êtes stupide

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


Alors voilà, c’était une autre ère pour lui. Même s’il passait des putain des journées et des putain de nuits, il avait la chance de pouvoir encore sourire, et tendrement même.
Un matin, il se promenait à Paris, enfin non, il ne se promenait pas vraiment, il était en fait arrivé en avance à son rendez-vous du côté de Barbès, alors il flânait dans le froid vers la rue du Faubourg Poissonnière. Au 90 de la rue Rochechouart il découvrit avec plaisir un cour intérieure pavée bordée de pots larges contenant de petits arbustes aux feuilles vert-tendre, des lauriers-roses et des troènes, quelques clématites aussi, et des lampadaires vissés aux murs, en applique, devaient, le soir tombé, rendre à ce quartier son âme de vieux Paris. Un peu plus bas, il vit passer un troupeau de petites anglaises, qui à neuf heures du matin et dans la froidure d’une matinée d’avril, ne trouvaient rien de mieux à faire que déambuler en shorts, en jupes courtes et jambes nues ou robes d’été, toutes autant qu’elles étaient, avec un bon goût vestimentaire que l’on connait aux Grands-Bretons. Cette vague sensualité débordante, de seins rondelets débordants de leur gangue de tissus peu épais, de lunettes de soleil mangeant les joues, de cuisses tendres au duvet blanc que le soleil rendait argenté, le ramena quelques instant en arrière – parce qu’il avait cette fâcheuse tendance à passer du vulgaire au raffinement -, alors qu’il avait échangé furtivement un sourire avec une femme plus âgée que lui, certainement mariée, vivant dans une belle maison en pierre de meulière. Elle avait un beau visage clair aux yeux noisette lumineux, une bouche aux lèvres fines légèrement maquillées d’un trait de rose parme qu’elle se mordait un peu nerveusement comme le font les enfants lorsqu’ils ne savent pas quoi faire. Il souriait bêtement en repensant à elle et descendit la rue du Delta avec une sérénité affichée sur le visage.

Le lendemain matin, il était pressé, mais malade. Rien à voir, mais il était passablement énervé, fatigué, rompu, mais déterminé à se rendre au travail. Alors il marchait vite. Trop vite.
Pourtant, c’est sur le trottoir d’en face qu’il vit une fille d’à peine seize ans montée sur des talons hauts, trop hauts pour elle comme pour n’importe qui, se tordre la cheville et s’étaler de tout son long en se repliant comme une girafe à qui on aurait brisé les genoux, mais il ne fit rien, détourna le regard et entendit derrière lui une voix de femme s’adresser à l’insecte qui se débattait sur le sol : “Bah alors !”, non pas sur le ton de l’inquiétude, mais quasiment du reproche. Alors il sourit. Par pûre moquerie. Par pûre méchanceté parce qu’il n’avait pas envie de se prendre de pitié pour quelqu’un qui se rend aussi ridicule. La joie lui fit revenir le sang au visage et il y repensa le soir-même sur le chemin du retour, dans le couloir du métro tandis qu’il marchait derrière une fille à l’accoutrement strict, collants et jupe gris sous laquelle dansait une paire de fesses ample et chantante dessinées par les marques d’une culotte qui était peut-être grise aussi ; elle avait dans la main une revue de sudoku et il se demanda si une fille qui faisait des sudoku dans le train était réellement si intéressante que ça, même si ses fesses étaient avenantes et continuait de lui faire envie avec son mouvement de balancier ininterrompu. C’est alors qu’il entendit quelqu’un derrière lui se vautrer comme un vieux sac lourd sur le béton peint. Deux fois ce jour là il était tellement fatigué qu’il a indiqué le mauvais chemin à des passants.
L’enfer ce ne sont pas les autres, mais lui.
Encore une fois, il a pris le train mais du côté du Champ de Mars, station qu’il ne connaissait pas et il se demanda s’il était sur le bon quai, alors il a couru pour rejoindre le haut de la station mais il s’est arrêté brusquement pour demander à une jolie fille qui attendait là s’il était sur le bon quai. Il s’attendait à ce qu’elle l’accueille avec un peu d’hostilité, mais elle avait plutôt l’air d’être contente qu’on lui adresse la parole. Ils se sont souri.

we can be heroes

Photo © Confused vision

Soirée de gala

J’ai décidé que c’était la dernière fois, la dernière tournée en rase campagne. La fin. Dernière vision des carnets au succès inespéré et dernière fois que les écrits seraient publiés ; un nécessaire secret, une dissimulation passive de mes mots. Et comme pour faire bonne mesure, avec discrétion, sans lyrisme et sans fanfreluches, il faut à présent que j’éteigne les lumières de cet univers. Je pourrais la prochaine fois dire Regardez tout ce que j’ai fait entre 2003 et 2008 ! Je n’étais pas assis dans un coin à regarder la Terre tourner, mais j’étais à l’intérieur du monde à écrire et à le regarder avancer.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


Ce n’est pas un caprice, ni un coup de tête, c’est une décision tellement lentement réfléchie, pesée, qui n’a rien à voir avec mon travail ou ma vie ou mes états d’âme, c’est simplement comme ça et c’est tout. Les Brindilles arrivent à leur terme et c’en est un déroulement logique. En commençant et en travaillant dessus, je crois que j’en étais venu à penser que c’était une tâche qui n’avait pas de fin, qu’elle prenait son essence dans la durée et la continuité sans interruption, mais c’était une erreur.
A présent, je vais faire autre chose, me consacrer à l’écriture, à d’autres projets, travailler pour d’autres personnes, mettre mes maigres talents au service d’autres sujets, projets, lieux, manifestations et puis un jour je reprendrai, ailleurs, avec un autre nom, d’autres vêtements, d’autres perspectives et d’autres visions.
Pour l’heure, il est temps pour moi d’éteindre les quelques machines de la Manufacture d’ambiances, de sauver ce qui peut l’être et de refermer la porte derrière moi.
Au revoir et merci pour tout.

Je ne compte pas disparaître pour autant, et je reviendrai, avant ou après l’été, je ne sais pas encore, alors gardez le fil, revenez un jour ou l’autre et je vous dirai où je me trouve. Ou laissez-moi un commentaire avec une adresse mail valide afin que je vous tienne informé.

15 Replies to “et tout à coup il se retourna et se demanda si toute cette histoire n'était pas… non, rien, en fait c'était tout à fait autre chose”

  1. Rickie Lee Jones… Je suis dans ma chambre de cité U, j’ai éteint la lumière mais laissé les volets ouvert, allongé sur mon lit je peux voir les néons scintillants du centre commercial, là-bas, à la sortie de la ville distante de cinq cent mètres, tandis que de temps à autre un éclair zèbre le ciel noir et épais, demain j’ai cours “de couleur”, je ne suis pas très doué en couleurs mais je m’accroche, même si le prof me parait bizarre avec sa barbe de moine bouddhiste (il doit l’attacher avec un élastique pour peindre) ; j’écoute cette chanson qui me transporte ailleurs, dans des contrées lointaines et je me demande ce que sera ma vie. J’ai 22 ans et nous sommes en 1985.

    J’ai peur de comprendre la dernière partie de ce texte ; c’est sûr c’est l’annonce d’une fin, mais de quoi ? Je ne sais pas encore mais ce qui est certain c’est que ça va me manquer, tiens, voilà ça y est, j’ai déjà une vrille dans le ventre. Merde.

  2. eh bien c’est la fin d’une belle aventure qui aura duré presque 5 ans (si j’ai bien compté)

    une manufacture qui ferme, c’est toujours un peu triste mais en l’occurrence je sais que tu t’embarques pour une autre destination ou en tout cas pour un autre voyage et ça c’est bien, très bien, même…

  3. merci à toi pour tout ce que tu m’as fait découvrir grâce à ton blog , c’était un réel plaisir de te lire et j’avoue que cela va me manquer tu faisais partie de mon quotidien à force de te lire presque tous les jours .
    bonne route à toi et j’espère que tes projets se réaliseront.

  4. Alors c’est vraiment vrai que c’est fini ? Aie, mon ventre me lance de plus en plus. J’ai jamais été accro à aucune drogue dure mais j’imagine que le sevrage provoque le même genre de sensation douloureuse. Bien le merci en tout cas pour les instants, les heures de plaisir que tu nous as donnés. C’était vraiment bien (mais trop court pour moi).
    Bonne chance et tout le bonheur possible pour tes prochaines aventures. Tiens-moi au jus.
    (PS: j’suis quand même pas peu fier d’être dans ta blogoliste. Ça vaut bien mieux que Gougoule dans mon échelle de valeur)
    (PS2: et j’en fais quoi de mon pass VIP pour la manufacture, hein ?)

  5. Fabienne, les chemins ont tous la beauté qu’on veut bien leur accorder.
    Hélène, merci, tout mon plaisir a été de donner ma voix et faire découvrir de jolies choses.
    Lorran, oui c’est vraiment fini et je suis content que ça t’ait plu. Et puis ton passe VIP se transformera en passe GOLD pour le prochain 🙂

  6. J’ai longtemps suivi de loin sans jamais m’approcher. J’ai guetté et observé, j’ai pris du plaisir avec mes yeux. Aujourd’hui apparemment un cycle se termine pour toi alors je délaisse mon aggrégateur pour venir au plus proche et pour te remercier de ces bons moments.

    Si jamais tu repars dans une nouvelle aventure (ce dont je ne doute pas), j’espère avoir la possibilité de pouvoir venir poser ma chaise et m’asseoir une nouvelle fois. Observer, lire, voir et surtout apprécier. Bonne route et encore merci ! 🙂

Leave a Reply